Le scrummaster

02/09/2013 posté par Sarah Mortel

Le cadre de gestion de projet SCRUM propose de séparer les fonctions dévolues au chef de projet dans une organisation traditionnelle en deux rôles distincts : le Scrum Master et le Product Owner. Si comprendre SCRUM est simple en théorie, le mettre en pratique relève du challenge.

Pourquoi ?

Pour fonctionner SCRUM nécessite l’adoption d’un nouvel état d’esprit, d’un regard différent sur le travail et son organisation. Comme la qualité du fonctionnement de l’équipe (en tant que personnes) est un élément essentiel pour devenir agile, chacun des équipiers doit adopter ce nouveau regard. En cela, le rôle de Scrum Master est essentiel. Tout en étant un équipier, plongé dans l’action du développement, il est le référent, le facilitateur pour le reste du groupe.

Le rôle du Scrum Master

La première mission du Scrum Master est de bien faire comprendre l’état d’esprit que requiert SCRUM pour être adopté en douceur par l’ensemble. Ce n’est pas une mince affaire, car cela nécessite de faire adhérer les équipiers aux valeurs de SCRUM : transparence, inspection et adaptation. La transparence pour un collaborateur habitué à travailler seul peut être un frein considérable. Le Scrum Master doit donc veiller à ce que dans chacune des cérémonies (planification, mêlée quotidienne, revue de Sprint) il n’y ait pas d’éléments cachés. Les équipiers ayant assimilés ces valeurs comprennent qu’ils ne peuvent plus décider seul de la manière dont ils vont employer leur temps. Du moins, en cas de doute, l’équipe sera consultée lors de la mêlée quotidienne pour éviter les dérapages.

L’auto-organisation de l’équipe

A cette première mission se greffe l’obtention par la hiérarchie d’un espace de décision suffisant permettant l’auto-organisation de l’équipe. Cela n’implique en rien le fait de laisser faire tout et n’importe quoi, mais au contraire donne de l’importance au travail de l’équipe et développe progressivement sa capacité et sa fiabilité dans ses engagements.

L’élimination des obstacles

Ensuite, le Scrum Master aide au quotidien chacun des équipiers à identifier les obstacles et à les résoudre. C’est l’acquisition par la pratique de la dynamique de l’amélioration continue. L’équipe prend le temps à l’issue de chaque Sprint d’identifier en profondeur les problèmes et difficultés auxquels elle doit faire face pour y trouver des solutions concrètes. La vélocité permet ensuite d’apprécier dans le temps, la progression de l’équipe.

Socialiser SCRUM dans l’entreprise

Enfin, le Scrum Master doit veiller à transmettre l’état d’esprit aux autres personnes de l’entreprise. C’est un point qui ne doit pas être négligé car après avoir, au sein de l’équipe, éliminer les principaux obstacles, la progression (vélocité) est souvent freinée par les personnes qui collaborent avec l’équipe et qui n’ont pas adoptées les principes de l’amélioration continue.

Profil du Scrum Master

Il vaut mieux s’appuyer sur quelqu’un qui est très intéressé par SCRUM et les méthodes agiles en général. Etant donné qu’il s’agit d’abord d’acquérir une culture, autant s’appuyer sur un acteur cultivé ! Avoir quelques talents de communication est précieux pour “évangéliser” SCRUM dans l’équipe et dans l’organisation. Sans être un orateur, la personne doit pouvoir expliquer avec des mots simples en utilisant la métaphore. Enfin, il faut savoir écouter, et donc se taire ! Le Scrum Master doit être capable de lire entre les lignes afin de déceler au plus vite toute dérive dans l’organisation de l’équipe afin de pouvoir rectifier en douceur et ainsi s’appuyer sur le temps pour faire progresser l’équipe durablement. La fonction d’encadrement et de pilotage individuel dans le cadre des ressources humaines du chef de projet traditionnel n’est pas repris dans SCRUM. Ce rôle est tenu à un autre niveau, en parallèle de l’organisation de l’équipe : la hiérarchie n’intervient donc pas dans le cadre du projet.